Vous êtes ici

Le VDSL2 avec la Bbox Sensation dès la fin de cette année ?

Pour une souscription de box, appelez le 09 74 59 22 72

Soumis par la redaction le 31/08/2012


Nous en parlions déjà début 2011 (voir notre article), la technologie VDSL2 revient ces derniers jours au devant de l'actualité. Rappelons que le Comité d'experts indépendants pour les boucles locales cuivre et fibre optique avait été chargé l'année dernière par le régulateur des télécoms, et sous son autorité, de réaliser de nombreux tests de non-perturbation de l'ADSL en place, essais qui auront donc duré une année.

Tout pourrait désormais s'accélérer d'ici à la fin de l'année d'après un récent entretien accordé par Jean-Ludovic Silicani, président de l'ARCEP, au site Edition Multimédi@ en marge des 6èmes Assises du Très haut débit organisées le 9 juillet dernier. Celui-ci estime en effet que "Le Comité d'experts doit rendre un avis favorable à l'automne [...] sauf imprévu peu probable".

Catherine Mancini, présidente du Comité d'experts, précise que "Ce sont ces avis qui prononcent officiellement les autorisations d'emploi de telle ou telle technique, rien d'autre n'est nécessaire. Les déploiements de cette technique peuvent démarrer immédiatement après, à condition de respecter les modalités d'emploi préconisées".

Aussi, comme l'indique le site Edition Multimédi@, "Aussitôt que cet avis favorable sera rendu, fin septembre au plus tôt, le VDSL2 pourra sans autre formalité être introduit et déployé au niveau des sous-répartiteurs de France Telecom".

Attention cependant, n'espérez pas que tous les répartiteurs seront équipés pour supporter le VDSL2, car afin de ne pas nuire au déploiement de la fibre optique, cette technologie sera très certainement réservées aux territoires non planifiés pour être fibrés dans un futur proche (zones non denses), c'est ce que laissait entendre le président de l'ARCEP au mois de juillet lors de son audition par la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale : "Le VDSL2 sera déployé, mais pas partout, pour que la fibre puisse se développer sur tout le territoire".


A l'image de l'ADSL, le VDSL2 utilise la paire de cuivre d'une simple ligne téléphonique et offre une bande passante de 100 Mbit/s en full-duplex (si l'on se trouve à moins de 500 mètres du DSLAM) ainsi qu'une distance maximum entre l'utilisateur et le DSLAM de 3.500 mètres. Dans les faits, on peut constater des débits de 50 Mbit/s symétriques avec des investissements 10 fois inférieurs à la fibre optique, en particulier en zone pavillonnaire (source : Wikipédia). Le VDSL2 est une technologie standardisée (ITU G.993.2). La plupart des opérateurs européens ont annoncé des déploiements VDSL2 à grande échelle alors que la France semblait la délaisser au profit de la fibre optique.

Wikipédia précise bien que l'avantage du VDSL2, c'est évidemment le coût : "il suffit de tirer la fibre jusqu'à une borne (placée par exemple en début de rue) ou jusqu'à certains sous-répartiteurs bien choisis et les utilisateurs sont ensuite reliés avec le réseau actuel à cette dernière, ce qui évite 90 % du génie civil. Il y a donc triple avantage : prix, délais et nuisances.

Aussi efficace que l'ADSL sur les grandes distances, le VDSL2 est très rapide en dessous de 500 mètres, et au-dessus la technologie reste équivalente à l'ADSL2. À partir de 1,6 km, le VDSL2 est d'ailleurs équivalent à l'ADSL 2+ au niveau des performances".


Pour conclure, sachez que si Orange et Free se sont déjà déclarés partants pour exploiter le VDSL2 auprès de leurs clients, il en est de même pour Bouygues Telecom qui nous l'avait confirmé à deux reprises le 24 mai dernier lors de la présentation de la Bbox Sensation. Sa dernière box est d'ailleurs déjà compatible VDSL2, comme l'était d'ailleurs le boîtier modem de l'ancienne Bbox fibre...

Source : Edition Multimédi@.

[MàJ 17/09/12] Lors du colloque RuraliTIC qui s'est tenu le 13 septembre dernier à Aurillac, Jean Ludovic Sillicani, Président de l'ARCEP, est revenu sur la date d'autorisation du déploiement de la technologie VDSL2, initialement annoncée pour l'automne prochain et semble-t-il désormais repoussée d'un an :

"Il ne m'appartient pas de fixer ou de commenter le calendrier des travaux du comité. L'achèvement des études en cours sur le VDSL dépendra de la nature des problèmes qui pourront être rencontrés au cours des expérimentations. Nous pouvons simplement espérer que ces travaux seront conclus début 2013. Cette étape franchie, et sous réserve que l'avis du comité soit positif, France Telecom disposera alors d'un délai de 6 mois pour autoriser l'utilisation de cette nouvelle technologie par les opérateurs dégroupeurs. Le rendez-vous est donc au début de l'automne 2013".