Microsoft ne cèdera pas au rayon bleu

Changer de forfait internet ou mobile Pour comparer les offres de Bouygues et d'autres opérateurs, appeler le 09 74 59 22 72. Un conseiller vous orientera vers l'offre partenaire la plus adaptée à vos besoins.

La guerre des formats vidéo HD n'est donc pas finie. Microsoft vient de faire savoir (à nouveau) qu'il n'était pas envisagé de développer un lecteur BluRay Disc pour sa console familiale Xbox 360.

A la stratégie multimédia proposée par Sony qui s'est servi de la PS3 pour imposer son format face au HD-DVD, Microsoft (comme Apple) mise sur la virtualisation des contenus, et par le téléchargement direct des films sur le disque dur de la console. Si personne ne conteste l'intérêt de ce modèle (même Sony), il est tout de même exagérément optimiste de croire que dans l’état actuel du déploiement des réseaux haut débit dans le monde, cela sera suffisant pour répondre à la demande des consommateurs de contenus HD.

Il semble donc que Microsoft ne change pas de stratégie, et souhaite faire durer le moins longtemps possible le support matérialisé BD en ne lui portant pas le moindre intérêt, même si cela peut lui coûter des parts de marché face à Sony. On se rappellera que Microsoft soutenait historiquement le HD-DVD, plutôt mollement, et que ce choix était perçu par beaucoup comme étant un mouvement tactique destiné à entretenir la confusion et prolonger le « non-choix » du marché entre les formats BD et HD-DVD proposés respectivement par Sony et Toshiba. 

Enfin, il faut admettre que le téléchargement de films, même HD, ne procure pas encore actuellement le même niveau de qualité visuelle et sonore que ce que propose le support disque. Les résolutions en hausse, le support de la 3D sont également des évolutions qui seront plus aisément stockées sur des supports physiques dans un premier temps, même en tenant compte de l’évolution des débits et de l’arrivée du FTTH pour raccourcir les délais de téléchargement. Pas sûr non plus que les opérateurs souhaitent faire « open bar » sur leurs débits envers les distributeurs de contenus, sans qu’il y ait contrepartie.

A trop regarder le futur, Microsoft prend donc le risque de ne pas faire du business au présent, et pendant longtemps…