Vous êtes ici

Bouygues Telecom et Huawei vont tester la 5G à Bordeaux

Pour une souscription de box, appelez le 09 74 59 22 72

Soumis par la redaction le 21/03/2018

L’opérateur mobile Bouygues Telecom et le géant Chinois Huawei ont profité du Mobile World Congress 2018 (MWC) de Barcelone pour annoncer mardi 27 février, leur accord d’innovation sur le déploiement test de la nouvelle technologie 5G dans la ville de Bordeaux. La signature de ce partenariat consolide leur collaboration, débutée en 2012 avec le lancement de la 4G, puis renforcée en 2014 avec la première expérimentation en 4G 4CA sur un réseau commercial en europe de l’Ouest.

Huawei et Bouygues Telecom

Fondée en 1987, la marque chinoise Huawei propose des solutions numériques dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC). Le fournisseur travaille avec 45 des plus grands opérateurs mondiaux et développe ses produits dans plus de 170 pays.

De l’autre côté, son partenaire, Bouygues Telecom, crée en 1994, est positionné comme le troisième opérateur de téléphonie mobile du marché, grâce à ses offres de téléphonie mobile et internet et son réseau 4G de grande qualité. Il propose depuis plus de 20 ans, des solutions simples et novatrices lui permettant d’atteindre 17,8 millions de clients. Dans la continuité de leur partenariat sur la 4G, les deux géants ont décidé de s’unir pour tester la déploiement du réseau 5G dans la ville de Bordeaux.

Le déploiement de la 5G

Le fabricant chinois Huawei et l’opérateur mobile Bouygues Telecom ont annoncé lors du Mobile World Congress (MWC), leur accord d’innovation pour le déploiement de la 5G 3GPP (3rd Generation Partnership Project : groupe chargé de superviser les développements des technologies réseau), durant le courant de l’année 2018. Cette première expérimentation mondiale se déroulera dans la ville de Bordeaux entre le 1er mai et le 30 septembre 2018 et permettra à Bouygues de s’imposer sur cette technologie innovatrice dans l’industrie des télécoms.

En effet, le développement du réseau 5G permettra une amélioration significative des débits de connexion internet avec une rapidité de 10 à 100 fois plus élevée qu’avec un réseau classique en 4G. Le Chinois Huawei a pour projet de lancer ses premiers smartphones en 5G dès l’année 2019.

Bordeaux : ville pilote pour tester la 5G

Dans le cadre de l’accord entre les deux acteurs, les premiers tests de déploiement de la 5G débuteront dans la cité Girondine, un point stratégique et économique très intéressant pour les deux entreprises. Le directeur Réseaux de Bouygues Telecom affirme sa volonté de d’effectuer cette première expérimentation à Bordeaux, en raison du réseau 4G de qualité déjà existant ainsi que des très bonnes relations que Bouygues entretient avec la mairie. De plus, Bordeaux fait partie des 9 villes pour lesquelles l’ARCEP a autorisé les fréquences 5G.

La technologie 5G va être testée dans 9 agglomérations françaises

Outre la ville de Bordeaux, Sébastien Soriano, président de l’ARCEP (Autorité de régulation des télécoms) a autorisé l’ouverture de 8 autres métropoles françaises pour tester la nouvelle technologie 5G sur une durée de 18 à 24 mois. Les opérateurs télécom sont invités à déployer leurs réseaux 5G via des test pilotes sur les villes de : Lyon, Lille, Douai, Montpellier, Nantes, Saint-Etienne, Le Havre et Grenoble en vue d’une mise sur le marché en 2020.

A la suite de cette annonce, le processus s’accélère. L’opérateur télécom historique Orange prévoit lui aussi de tester les services mobile de cinquième génération avec Ericsson. Cette expérimentation aura lieu dans les agglomérations de Lille et Douai avec respectivement 30 et 48 sites sur la période de juin 2018 à juillet 2019, dans l’objectif de couvrir très rapidement une première ville française en 5G.

L’objectif principal de l’ARCEP sur ces prochaines années est de positionner la France comme pays pionnier de la 5G. Cette nouvelle technologie reste toutefois en cours de standardisation et devrait être normalisée d’ici fin 2020 afin de développer le marché de l’internet des objets et de permettre aux utilisateurs de téléphonie mobile de bénéficier d’un débit internet près de 100 fois supérieur à celui d’aujourd’hui.